navigation

Journee de l’arbre: timide celebration a Ross 7 août, 2014

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso , ajouter un commentaire

C’est a Hsey Eleyyat, localité proche de Rosso mais plutôt enclavée que la journée de l’arbre a été célébrée le 3 août. Un choix pour le moins peu judicieux. En effet Hsey Eleyyat est un campement plutôt vert avec une véritable foret de prosopis alors que la nouvelle ville de Rosso au PK 7 est dépourvue de végétation. Si la délégation de l’environnement n’a pas encore été inspirée pour planter des arbres dans la nouvelle ville, elle aurait pu profiter de l’événement pour combler les lacunes. Sans doute l’initiative n’est pas le propre de ses responsables actuels.
Pour en revenir a la journée du 3 août, c’est vers 11 heures sue le représentant du Wali, le HAKEM mouçaid, l’adjoint au maire et le secrétaire général de la commune ont bête conduit sur place par le responsable d’une structure locale de la Santé de la reproduction. Sur place quelques résidents du campement an toutes du délégué régional de l’environnement M. Tombo, attendaient sous une tente installée pour la circonstance. Après l’ouverture de la cérémonie par le représentant du Wali, le HAKEM et l’adjoint au maire ont pris la parole pour mon frère l’importance de l’événement. Par la suite le représentant du Wali, le HAKEM moucaid, l’adjoint au maire et le secrétaire général de la commune ont plante des arbres. Quelques dizaines de plantes fruitières ont été distribuées dans un désordre indiscibles aux résidents. Des plantes que la délégation – sensee lutter contre les sachets en plastique – fait pourtant pousser dans des sachets en plastique.
Djigo Aboubakry

Trarza: récolte de blé 2 avril, 2014

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

Sahara Medias – La wilaya d u Trarza connaît actuellement la saison de la récolte du blé qui a été introduit, il y a quatre ans, dans le cadre d’un programme ambitieux visant à diversifier la production agricole.
Pour encourager les agriculteurs à s’adonner à la culture de cette denrée, le ministère du Développement rural a pris un certain nombre de mesures portant sur la fourniture des intrants agricoles, la prise en charge par l’Etat de 60% des frais liés à ces intrants en faveur de plus de 95 coopératives villageoises dans les moughataas de Rosso et de R’Kiz en plus de l’organisation d’une campagne de lutte contre les prédateurs agricoles, particulièrement les oiseaux granivores.
Le gouvernement a assuré, par ailleurs, l’accès aux semences améliorées à des prix symboliques ainsi que l’achat par le Commissariat à la Sécurité alimentaire des récoltes agricoles à des prix appréciables.
Dans une déclaration à l’ AMI (agence officielle), le délégué régional du ministère du développement rural dans la wilaya du Trarza a indiqué que la campagne de récolte pour la présente année s’est achevée dans d’excellentes
conditions. Il a précisé que cette situation aura des répercussions positives sur la production du blé et favorisera l’augmentation considérable des aires cultivées
en blé qui ont atteint 1690 ha au lieu de 300 ha, l’année dernière. Le délégué régional a indiqué enfin que les indicateurs présagent une augmentation des récoltes de 6,4% pour cette année.
(source : cridem.org)

Alerte à la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal 1 avril, 2014

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

29-03-2014 22:17 – Le fleuve Sénégal infranchissable depuis mardi dernier
Sud Quotidien -
L’apparition de
l’épidémie de fièvre
virale hémorragique
dénommée Ebola qui
sévit en République de
Guinée Conakry voisine,
a poussé la Mauritanie
a fermé depuis mardi
dernier ses frontières
avec le Mali mais aussi
le Sénégal , soit tout le
long du fleuve Sénégal , exceptés Rosso et Diama .
Depuis mercredi matin, les autorités mauritaniennes ont fermé tous les points
de passage situés le long du fleuve Sénégal sur 1 790 km, qui constitue la
frontière naturelle entre la Mauritanie et le Sénégal , excepté les points
d’entrée au niveau de Rosso et Diama .
Cette décision survenue mardi dernier dès les premières heures de la matinée,
a fait que la circulation au niveau des autres points de passage a été interdite
aux populations riveraines du fleuve. Du fait, le long de la vallée du fleuve, de
Bakel à Rosso en passant par Matam et Podor , aucune traversée n’a jusque-
là été acceptée sur les deux rives excepté les deux points cités.
Même au niveau  du poste de contrôle de Gourel Oumar Ly , village situé dans
la communauté rurale de Dabia (département de Matam ) qui fait face à Kaédi
une ville du sud de la Mauritanie , l’un des plus gros centres urbains du pays,
capital de la région du Gorgol , il est toujours interdit de traverser.
Une situation qui au fil des heures commencent non seulement à déboussoler
les voyageurs pris de cours mais aussi à impacter négativement sur le vécu
quotidien des populations de part et d’autre de la frontière.
Au niveau du poste de Matam , toutes les activités sont arrêtées, l’ambiance
habituelle qui caractérisait les lieux n’est plus de mise. Dans son ensemble,
c’est  le commerce de proximité particulièrement important entre les
populations sédentaires fondé sur les produits de subsistance qui en pâtit.
Rappelons tout de même que la décision des autorités mauritaniennes de
sécuriser  leur frontière  fait suite aux opérations de sécurisation déclenchées
par le Sénégal au niveau de  Ziguinchor , Oussouye et dernièrement, dans la
région orientale de Tambacounda. Tout comme d’ailleurs plusieurs pays de la
sous-région, on s’inscrit dans la dynamique de barrer la route au très mortel
virus de Ebola .
Sur le territoire guinéen, sur les 80 personnes qui ont contracté la maladie à
ce jour, au moins 59 sont mortes. Durant les derniers jours, la maladie s’est
propagée rapidement dans les  communautés de Macenta , Guéckédou , et
Kissidougou (sud) à la capitale, Conakry , renseigne-t-on.

Le président des Flam en tournée dans la vallée 31 mars, 2014

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

Le président des FLAM en tournée dans la vallée
M. Samba Thiam président des FLAM effectue une visite de courtoisie dans plusieurs ionsites de rapatriés du Trarza et du Brakna. M. Samba Thiam accompagné notamment de MM. Wane Mamadou et Dilallo Aboubakry a fommencé sa tournée samedi 29 par le site de Rosso lycée.
Sur place, le chef du site Bocar Mbodj entouré de plusieurs rapatriés dont certains venus de Djolli, commune de Tékane a souhaite la bienvenue à la délégation.
Aprés avoir présenté l’assistance à ses hôtes, M. Bocar Mbodj a passé en revue les problèmes de son site avant de donner la parole à M. Samba Thiam. Ce dernier a expliqué les raisons de sa visite. Il s’agit notamment rencontrer et d’écouter les populations pour constater de visu la situation de nos compatriotes revenus du Sénégal âprès deux décennies d’exil. M. Thiam a expliqué que la situation des Noirs de Mauritanie ne fait que se dégrader. De la marginalisation, la communauté noire glisse vers l’exclusion. Aussi est-il and temps de s’unir pour définir une stratégie propre à mettre un terme à cela. Il ne s’agit pas selon M. Thiam de prendre les armess mais de prendre conscience de la situation et de se mobiliser pour la revendication de ses droits. M. Thiam a rappelé que ce combat est celui de chacun et fustigé l’attitude de ceux qui passent leur temps à se plaindre. On ne peut pas mener une lutte pour sa dignité ou pour sa communauté sans accepter de subir des désagréments comme les brimades’ la prison, la torture’ etc. M. Samba Thiam a fait état de sa rencontre avec le président Mohamed Ould Abdoul Aziz à qui il n’a pas manqué d’expliquer l’exclusion de la communauté noire de Mauritanie. M. Samba Thiam a tenu à souligner que les FLAM n’étaient pas en campagne mais que la tournée était juste une tournée de sensibilisation et de prise de contact.
Plusieurs rapatriés ont pris la parole pour féliciter le mouvement pour la lutte qu’il mène depuis plus de deux dècennies. Aprés une revue des difficultés auxquelles ils sont confrontés au quotidien, ils ont pour la plupart souligné que la place des dirigeants des Flam était ici dans le pays et non à l’extérieur: ‘un peuple a besoin de ses bergers pour l’orienter’ ont-ils ajouté.
Avant de cloturer la séance, M. Samba Thiam a remis une somme d,argent de la part de sa fille pour l,achat de fournitures scolaires aux élèves les plus nécessiteux du site. La délégation des Flam s’est ensuite rendue à Fass où elle a passé la nuit.
CR DJIGO ABOUBAKRY

Halte au feu, M. Biram Ould Dah Ould Abeid ! Halte au feu, M. Biram Ould Dah Ould Abeid ! 12 mars, 2014

Posté par Aboubakry dans : LU POUR VOUS , ajouter un commentaire

Par Lô Gourmo Abdoul ‘Source ; cridem.org)

Dans une interview qu’il vient d’accorder au CRIDEM, le candidat à l’élection présidentielle s’en prend avec violence à l’ensemble de la classe politique et à la société civile suivant la technique éprouvée de l’amalgame et des insultes, dont, bien sûr, l’inévitable et très fructueuse accusation d’esclavagisme qui a désormais vocation de terroriser et paralyser tous ceux qui ne partagent pas ses points de vue sectaires… Mettre tout le monde dans le même sac, confondre le pouvoir et l’opposition dans la même vindicte identitaire, faire feu de tous côtés avec une sorte de jubilation mortifère, sans explication ni raison apparente, faire de la lutte contre l’esclavage une arme de guerre contre l’unité de la patrie et contre tous les démocrates et tous les patriotes, et un instrument de promotion de carrière politique au service d’ambitions personnelles démesurées, se proclamer Grand Maître d’Horloge de la Morale et Pape d’un nouveau Vatican de vertus, insulter et excommunier sans retenue, pointer sur tout le monde un doigt accusateur et vengeur : voilà la posture typiquement d’extrême droite de M. Biram Ould Dah Ould Abeid, nouveau récipiendaire du Prix des droits de l’Homme des Nations Unies. Voilà l’autre face de Janus du nouveau Héros du jour. Mais si le candidat à la présidentielle croit que la stratégie lépeniste du « seul contre tous » est payante, il fait fausse route. Une cause juste s’éprouve dans son aptitude à s’ouvrir et à s’unir aux autres causes justes et non à les défier ou à les insulter. Faisant feu de tout bois, M. Biram Ould Dah Ould Abeid affirme que le Forum pour l’Unité et la Démocratie qui vient d’achever ses travaux à Nouakchott, avec l’ensemble des organisations des droits humains combattantes, dont la Fonadh et l’AFCF, tous les grands syndicats, dont la CGTM et la CLTM, tous les partis politiques démocratiques, etc… constituent l »opposition qui représente l’autre face tribale et raciste de la monnaie esclavagiste; une opposition qui adopte un black-out total sur l’esclavage et combat avec toutes ses énergies les anti-esclavagistes… ». Or, voilà ce que dit le Forum « esclavagiste » à propos de l’esclavage: «  »- Thème 3 : Esclavage L’esclavage est une tare sociale inacceptable, contraire à l’unité de notre pays et à ses valeurs fondamentales. Il est un obstacle à notre développement économique, social et sociétal, et constitue un risque permanent contre notre cohésion nationale, que l’on rencontre dans toutes les communautés nationales du pays à des degrés divers. Pour l’éradiquer, l’Etat doit s’engager résolument dans la mise en œuvre de la législation en vigueur, tout en appliquant avec détermination des programmes destinés à : – Assurer des politiques de développement local et sectoriel prenant en compte la situation des populations victimes des pratiques esclavagistes et de leurs séquelles. – Développer des actions prioritaires de discrimination positive en faveur de ces victimes particulièrement les femmes et les enfants – Promouvoir des politiques de communication destinées à sensibiliser toutes les couches de la population sur les dangers de ce fléau tout en encourageant les initiatives citoyennes destinées à la large prise de conscience des populations (porte à porte, caravanes, fatwas…). – Reconnaître et associer les organisations de la société civile qui luttent pour l’éradication de cet tare sociale. – Associer les populations dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes et politiques publics les concertant. » Il est clair en effet que M. Biram ne combat pas le même esclavagisme que les gens du Forum…. M. Biram Ould Dah Ould Abeid poursuit son procès en sorcellerie contre le Forum pour l’Unité et la démocratie en l’accusant d’ignorer sa deuxième grande cause des Noirs de Mauritanie: les exécutions sommaires et les déportations des années de Ould Taya. Voilà ce que dit M. Biram du Forum, sans sourciller:  » une opposition qui ne reconnait pas le deuil multi-décennal qui pèse sur la communauté noire à cause du génocide et qui méprise ceux parmi les victimes, qui osent exprimer leurs douleurs; celle-là n’est pas notre opposition, c’est une opposition dans le système, pour la reproduction du système et pour la pérennisation du système. » Il ne parle sans doute pas du même Forum car voilà ce que le document officiel (Rapport de synthèse) du vrai Forum de Nouakchott dit de cette question:  » Thème 4 : Passif Humanitaire : (Exécutions sommaires et déportations) – Le passif humanitaire découlant des douloureux évènements de 1989/1990/1991, reste toujours une plaie qui menace la cohésion nationale et ce, malgré certains efforts accomplis en vue de sa solution. Pour y faire face, les règles d’indemnisation des victimes et leur réinsertion permettant le rétablissement dans leurs droits, doivent être rigoureusement et équitablement appliquées ( restitution des biens, des terres, et des pièces d’état civil, réintégration et reconstitution de carrière des agents dans la fonction publique, parapublique et le secteur privé, la poursuite du processus de retour des déportés et exilés au Sénégal et au Mali…) en impliquant les organisations représentatives des victimes et de leurs ayant-droits. En vue d’un règlement définitif du passif humanitaire, il conviendra de répondre aux besoins de justice pour les victimes par la mise sur pied d’une Commission Nationale indépendante chargée de faire toute la lumière sur les évènements qui en en on été la cause, dégager les responsabilités, réparer les préjudices, et créer les conditions du pardon et de la réconciliation. En conséquence, et pour réaliser un tel objectif, l’ordonnance de 1993 portant amnistie de ces actes doit être abrogé. » Alors, qu’est-ce à dire là aussi? M. Birame parle t-il du même « passif humanitaire » pour reprendre la malheureuse expression consacrée ? Peut-on combattre l’injustice tout étant soi même si caricaturalement injuste envers les gens, même avec lesquels on ne partage pas grand chose? Comment redresser les torts inouïs et les tares de notre société archaïque, si l’on s’adonne soi même à ce jeu de massacre de la justice élémentaire, qui est de ne pas accuser à tort, même ses propres ennemis? Il est temps pour tout le monde de redresser la barre de la lutte pour l’égalité de tous dans un pays uni, pour éviter qu’on perde ce pays à jamais dans les brumes toxiques des contre-vérités et les sables mouvants du déni. Lô Gourmo Abdoul.

12345...25

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE