navigation

Trarza:Le projet ATPC atteint sa vitesse de croisière 31 décembre, 2011

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso,Reportage , ajouter un commentaire

Après la cérémonie de célébration de l’état de FDAL (Fin de défécation à l’air libre) tenue à Lebeïrid le  26 novembre 2011, le comité régional de suivi et de supervision du projet ATPC s’est rendu le 1er décembre  à  Bombri  pour une autre célébration qui concernait également 10 localités.  Dix localités étaient concernées :  Nahda 1, Nahda 2,  Al Jezira, Rayana, Megja 1, Megja 2, Emeule, Entache Ehlou Ahmed Saloum, Hasniya et Bombri.   Ces dix localités désormais libres de la défécation à l’air libre viennent s’ajouter au 10 autres certifiées  quelques joura avant ( LebeIrid 1, Lebeïrid 2,  Bir El Barka 2, Entarche Oulad Atchar, Seulsebila, Entarche Sneïde, El Megje, Nouelki 2, Enzar et El Eumne).

Pour arriver à ces résultats il a fallu un travail intense sur le terrain, mené par les facilitateurs et les superviseurs.

Le DRAS  a fait le déplacement  en compagnie du coordinateur  du projet, M.  Abdoulaye Fall, de  M. Ahmed Ould Nejib, imam de mosquée et secrétaire général de la Rabita des Oulémas du Trarza, du directeur régional de l’hydraulique,  M. Ely Ould Hamédi et de Mme Diallo, représentant le ministère des affaires sociales. Sur place ils ont trouvé les superviseurs Ba Isma  et Baye Thiam ainsi que les facilitateurs.

Les différents intervenants ont insisté sur le dynamisme du coordinateur et des facilitateurs qui n’ont ménagé aucun effort pour la réussite de l’opération.

Au terme de la cérémonie, les  représentants des dix localités certifiées FDAL  ont reçu des attestations.

La délégation s’est rendue par la suite chez le chef de village de Bombri  et le coordinateur a  fait un tour pour  visiter quelques latrines construites dans le village.

Djigo Aboubakry

 

Tidjikja à l’heure du festival des dattes 17 juillet, 2011

Posté par Aboubakry dans : Reportage , ajouter un commentaire

logofestival2.jpg

mohamedouldbihamairedetidjikja.jpg

Une soirée folklorique a été organisée le 15 juillet  devant les locaux de la Commune de Tidjikja. La soirée a commencé par la récitation de la Fatiha par l’assistance à la mémoire la diva Dimi Mint Abba, disparue en juin dernier. Après cet hommage à la fille du terroir Ould Biha,  maire de Tidjikja prononcera un discours de bienvenue avant de passer la parole à Mme Cissé Mint Boïdiye, ministre de la culture, de la jeunesse et des sports qui procède à l’ouverture officielle du Festival des Dattes de Tidjikja (2ème édition). Les artistes entreront en scène. Seddoum Ould Eyda et les Mnaat Seymali (Siktou et Zahra) ont interprété le ‘néchid’ du festival  avant de laisser la place à Jeich ould Badou qui a électrisé la foule avec sa guitare. Puis ce fut le tour de Veyrouz Mint Seymali qui a merveilleusement interprété ‘Richetoul Veni Véni’  la chanson fétiche de Dimi Mint Abba. Une troupe locale prendra la relève pour continuer l’animation.

Dans l’après midi, la nouvelle maison des jeunes a été inaugurée par Mme Cissé Mint Boïdiye en présence notamment des ministres de l’habitat et du développement rural, de la représentante de l’Unicef, du Wali du Tagant, du hakem de Tidjikja du maire de Tidjikja Mohamed Ould Biha et de nombreuses personnalités. Le matin après une visite guidée d’El Ghadima (Ksar ancien) puis une visite guidée de l’exposition des manuscrits à la Commune (ancien siège du commandement  puis bureau du commandant de cercle).

Le lendemain, le festival a commencé avec la visite de la foire des dattes et de l’exposition des sous-produits du palmier.  Par la suite, un atelier sur le développement local s’est tenu à la Commune. L’après midi a été consacrée à la visite de l’oued Baghdada. La soirée culturelle prévue a été annulée pour cause de pluie.

Le troisième jour, les festivaliers se sont rendus dans la première école de la ville, l’une des plus vieilles du pays,  l’Ecole 1 fondée en 1919.  Après l’Ecole 1, c’est le fort colonial qui a été visitée.

Djigo Aboubakry

 

 

 

FESTIVAL DES DATTES DE TIDJIKJA

Posté par Aboubakry dans : Reportage , ajouter un commentaire

 

logofestival1.jpg

Le festival des dattes de Tidjikja est un rendez-vous annuel dédié au palmier dattier, à ses produits et au patrimoine oasien. Il a pour objectif  la valorisation du patrimoine culturel oasien, la préservation et la promotion des espèces locales, la création d’un cadre d’échanges sur le palmier dattier, le développement et la recherche en phoeniciculture, l’encouragement de l’esprit d’initiative chez les oasiens, la promotion du tourisme oasien et le retour de la Guetna de jadis. Le festival est organisé à Tidjikja, ville fondée en 1660 durant la saison de la cueillette des dattes (Guetna).

Au programme de l’édition  de cette année (la 2ème édition) des visites guidées d’El Ghadima, de la foire des dattes et de l’exposition des sous-produits du palmier, de l’oued Baghdada, de l’Ecole 1 fondée en 1919,  inauguration de la maison des jeunes, lancement des travaux de la route de l’oued, un atelier sur le développement local, un exposé débat sur la restauration et la sauvegarde d’El Ghadima, un exposé sur la problématique du forage de puits dans l’oued, des soirées folkloriques, une caravane médicale, une campagne de dépistage du diabète et une colonie de vacances.

Plusieurs délégations ont été invitées : Rosso, Zouérate, Akjoujt, Kaédi, Boghé, Bababé et Moudjéria. Les délégations ont été installées dans différents quartiers de la ville : Médina, Mellah, Ga’da…

Djigo Aboubakry

 

 

En route vers Tidjikdja 16 juillet, 2011

Posté par Aboubakry dans : Reportage , ajouter un commentaire

 

festivaldattes081.jpg

La délégation de Rosso conduite par M. Cheikh Ould Sehle, secrétaire général de la commune a quitté Rosso le 13  juillet vers 21 heures pour se rendre à Tidjikja pour assister au Festival des dattes..

Après une escale à Tiguint, la délégation comprenant quatre jeunes et un journaliste est arrivée tard à Nouakchott  où elle trouve le second journaliste. Le lendemain matin elle a rejoint la délégation de Zouérate à Teyaret avant de prendre départ vers 9 heures  pour Tidjikja. Le groupe est à Boutilimit à midi et une heure trente après à Aleg la ville où ‘entre deux restaurants il y a un restaurant’  comme l’a écrit feu Habib Ould Mahfoudh. Après la pause déjeuner, départ à 15 h. Chegar (où l’on achète une tablette de paracétamol dans un dépôt pharmaceutique quatre fois moins cher qu’à Rosso), Maghta Lahjar (qui dispute avantageusement avec la capitale du Trarza le statut de ville la plus sale du monde), Sangrava (où l’on rencontre un policier sans doute nostalgique du bac de Rosso…). Les grandes bourgades sont traversées  les unes  après les autres mais de petits hameaux  retiennent l’attention, comme Krémi Rag, Ndaleya, Elb El Kheïr, Melzem. A Maghta Lahjar des enfants jouent dans un terrain de fortune sous le regard généreux  … d’un troupeau de vache maigre en cette période de soudure. Dans le bus l’atmosphère est joyeuse avec les scouts de Zouérate qui entonnent des chansons  à la demande de leurs deux encadreurs, Fatimetou et Maouloud.

Puis c’est la bifurcation vers le nord est. On quitte la Route de l’Espoir : cap sur Letfetar  et Moudjéria la lumineuse,  nichée au pied de la montagne. Spectacle lunaire. Arrêt au poste de gendarmerie juste avant la redoutable passe d’Echetf. Une route en lacets avec une pente raide. La montée se fait dans un silence religieux.

 Après la passe, cap sur Nbeika puis Tidjikdja où est accueilli peu après 22 h.

PS : Tout au long du voyage, Fatimetou Mint Arbi et Jiddou Hamoud passent des coups de fils pour se renseigner sur les résultats du concours de l’entrée en sixième. Ce sont eux qui en plein voyage et à plusieurs centaines de kilomètres de Nouakchott  communiquent les  résultats à leurs correspondants à Zouérate, Nouadhibou, Nouakchott, Rosso, etc.  Miracle de la technologie….

Djigo Aboubakry

 

Son Excellence Michel Vanderporter ambassadeur de France en Mauritanie rend visite au maire de Rosso. 14 juin, 2011

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso,Reportage , ajouter un commentaire

 

imag0217.jpg

explications.jpg

Son Excellence  Michel Vanderporter  ambassadeur de France en Mauritanie, a effectué une visite à Rosso le 13 juin sur invitation du Pr. Fassa Yérim maire de la commune. Au cours de la visite l’ambassadeur  a tenu une réunion à la commune avec des élus et des membres de la société civile. Le maire très ému a rappelé les relations séculaires entre  la Mauritanie et la France et l’accompagnement constant de l’ancienne métropole.  Il s’est  appesanti sur la coopération décentralisée et cité les réalisations faites dans ce cadre : cyber thé, acquisition d’un véhicule pour la lutte contre les incendies, divers véhicules dont les ambulances et la station d’adduction d’eau de Breun.

Le coordinateur de l’association des maires francophones a pris la parole pour rappeler que son institution a financé à Rosso huit projets  à hauteur 2 664 000 Ouguiyas. Abdallahi Fall a pris la parole pour rappeler le travail exécuté par l’ATPC (Assainissement total piloté la communauté).  Mohamed Sow a pris la parole au nom des jeunes. Il a parlé  de l’association ‘Graines d’espoir’ qui a réalisé dans le cadre du jumelage un chantier à Rosso en partenariat avec les jeunes de Moissy  arrivés  sur place il y a un peu plus d’un an. Il a rappelé qu’une délégation de jeunes devait  se rendre à Moissy  pour un chantier similaire mais qu’ils ont eu un problème de visa.

Quant à Sy Abdoul dit  Socra il a demandé la mise en  place d’une Alliance française à Rosso, la décentralisation des activités de l’Institut français de Mauritanie (ex centre culturel français) et une antenne RFI  dans la commune.

Prenant la parole Son Excellence a précisé que  pour les Alliances françaises la vallée est réputée être francophile mais que pour diverses raisons il convient d’en ouvrir. Il a rappelé qu’il faut cependant un certain nombre de demandeurs pour ouvrir un centre.  Il a ajouté qu’il est possible d’ équiper un CLAC (centre de lecture et d’animation culturelle).

Après la réunion il a visité le cyber thé de la commune, la station de pompage, le crédit municipal les locaux de la protection civile avant de se rendre à l’Institut Supérieur d’Enseignement Technologique (ISET).  Il a notamment visité les serres où sont pratiquées des cultures hors sol et hors saison, l’unité de fabrication de charbon à partir du typha, les étables. L’ambassadeur de France s’est dit agréablement surpris de ce qu’il a découvert à l’ISET et a promis notamment d’appuyer l’unité de production du charbon. Après le déjeuner à l’ISET, la délégation s’est rendue à Breun, Tékech et Dieuk pour voir la station d’adduction d’eau , le réseau d’adduction d’eau et les châteaux d’eau.

Après Dieuk, la délégation a regagné la route nationale au Pk 11 où Son Excellence l’ambassadeur a pris congé du maire à 15 h 30 pour Nouakchott.

12

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE