navigation

La réintégration des fonctionnaires victimes des événements de 89 au cœur des préoccupations 30 novembre, 2012

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , ajouter un commentaire

Depuis plusieurs années, un sentiment d’inquiétude gagne le cœur des milliers de fonctionnaires qui attendent toujours leur réintégration dans l’administration mauritanienne. Ces derniers, victimes des évènements tragiques de 1989 et 1991 vivent dans des conditions inhumaines avec leurs familles. Ils exigent leur rétablissement dans leur droit.

‘Nous avons l’impression que, du côté de nos autorités, il n’y a nullement une volonté politique pour tourner cette page sombre que la Mauritanie a vécue et qui a mis dans la rue des milliers de familles à cause d’un régime dictatorial et aveugle qui a sacrifié ses dignes fils’. Tel est en substance les propos tenus par les responsables du bureau exécutif du regroupement des victimes des évènements de 1989 et de 1991. Dans une déclaration, rendue publique lors d’une conférence, l’on soutient qu’à ce jour, à part la commission nationale qui avait été mise en place de même qu’un  recensement des fonctionnaires et agents de l’Etat, le regroupement des victimes des évènements de 89 et de 91 semble véritablement avoir perdu tout espoir.

Cette structure regrette qu’aucune rencontre n’ait à ce jour été convoquée par le ministère de la Fonction publique. Aujourd’hui, même si la mesure du gouvernement mauritanien qui a fini de réintégrer près de 144 enseignants et personnels d’appui négro – mauritaniens avait été saluée par la plupart des organisations de défense des droits de l’homme, il reste que ces enseignants réintégrés demeurent dans une situation très confuse. Puisque rien n’est clair quant à leur avenir. Et sur l’indemnisation de ces agents, ‘qui sont restés des décennies sans rien faire’, la question est aujourd’hui de savoir à combien s’élèvent leurs indemnités ?

Pour le bureau exécutif de ce regroupement des victimes des événements du régime de Taya, la décision du gouvernement mauritanien de réintégrer les fonctionnaires doit s’étendre à toutes les victimes des événements survenus en 1989. Il y a celles des travailleurs des secteurs public, parapublic, privé, des éleveurs, agriculteurs, pêcheurs et acteurs du secteur informel. Et c’est à ce niveau que la réconciliation dont on parle tant aura un sens, ont laissé entendre les membres du bureau exécutif.

Toutefois, le blocage ou la ‘lenteur’ qui a été constaté(e) dans le traitement de la réintégration de ces fonctionnaires et agents de l’Etat a poussé ce regroupement à exiger la mise en place d’une commission nationale de recensement afin que des propositions de règlement dudit dossier soit formulées. Cela permettra également le recensement des travailleurs des sociétés d’Etat ainsi que ceux du privé dans les plus brefs délais. Ceci est d’autant plus pressant, selon les responsables du bureau exécutif, que les pouvoirs publics avaient promis de régulariser la situation administrative des personnels concernés par ces événements à travers la réalisation d’un recensement exhaustif avant la fin de l’année en cours, selon un communiqué du conseil des ministres du 15 octobre 2009.

Pour l’heure, ces fonctionnaires laissés à eux-mêmes, qui ont fini de prendre leur mal en patience, attendent la promesse ferme de l’actuel président Mohamed Ould Abdel Aziz de régler de manière définitive leur problème. Ceci d’autant plus que l’actuel homme fort du ‘Palais ocre’ avait promis de trouver les solutions au ‘passif humanitaire’ pendant sa campagne électorale.

Abou KANE

(Source : avomm.com)

 

Démission du Pdt Sidi Ould Cheikh Abdallahi 28 juin, 2009

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , ajouter un commentaire

Renversé par un coup d’État le 6 août 2008, Sidi Ould Cheikh Abdallahi a volontairement démissionné, ce vendredi (26.06), et émis un décret nommant un gouvernement d’union nationale chargé de préparer la présidentielle du 18 juillet.

Le président mauritanien renversé par un coup d’Etat le 6 août Sidi Ould Cheikh Abdallahi a démissionné et signé vendredi soir à Nouakchott un décret portant nomination d’un gouvernement d’union nationale, chargé de préparer l’élection présidentielle du 18 juillet.

Il a signé le document devant les membres du Conseil constitutionnel et en présence du président sénégalais Abdoulaye Wade, qui conduit la médiation internationale.

Après la signature, il a été vivement applaudi par l’assistance. La cérémonie a eu lieu au Palais des congrès de la capitale mauritanienne en présence des protagonistes de la crise ainsi que des membres du Groupe de contact sur la Mauritanie.

Paris a estimé cette décision comme « une étape importante dans le processus de sortie de crise », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
(AFP via France 24)

Déclaration de l’OCVIDH 28 mars, 2009

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , ajouter un commentaire

Le bureau exécutif de l’OCVIDH a remarqué depuis hier, un certain nombre de messages, faisant état de la rencontre de son Président avec le chef de la junte alors qu’il n’a jamais été mandaté par son bureau ni par ses adhérents pour une telle démarche. Aucune décision au sein de notre oganisation n’a été prise pour une telle rencontre. Le bureau exécutif informe par la présente déclaration à l’ensemble des membres de notre organisation,et à nos compatriotes qu’il n’est ni de prêt ni de loin associé à cette initiative unilatérale du président de l’OCVIDH et la juge nulle et non avenue. Notre organisation est belle bien signataire du communiqué commun signé avec les ONG depuis Paris ce 26 Mars 2009 en réaction au discours injurieux du président à l’endroit de nos morts en conséquence, la position de l’OCVIDH est invariable et s’aligne avec celle des ONG des Droits Humains de l’intérieur comme à l’extérieur pour exiger d’abord, la vérité, la justice avant toute autre démarche ne réunissant ni la vraie réconciliation nationale, attendue ni une lutte implacable contre l’impunité. Le bureau exécutif informe nos adhérents à la vigilance, en les informant que ni les démentis, ni les conférences en grande pompe ne sauront nous détourner de l’essentiel de notre combat et se désengage de celle attitude solitaire. Les individus restent libres de leurs actes mais une association se gére de maniére collégiale et il revient au bureau et aux adhérents, une tel virage jugé anachronique. « A bon entendeur salut »

Pour le bureau exécutif de l’OCVIDH Le Sécrétaire Général Mr Diagana Mamadou Youssouf Organisation contre les Violations des Droits Humains en Mauritanie www.ocvidh.org/ ocvidh001@wanadoo.fr ocvidh001@yahoo.fr

(source: cridem.org)

Rencontres AVOMM et OCVIDH / Général Ould Abdel Aziz

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , 1 commentaire

Rencontres AVOMM et OCVIDH / Général Ould Abdel Aziz dans crise mauritanienne

 

« Nous croyons en lui, nous sommes confiants. Nous pensons qu’il est sincère. ».

Les représentants de l’AVOMM et de l’OCVIDH qui séjournent en Mauritanie depuis une semaine ont rencontré le Président du HCE à deux reprises. Une fois avant le discours de Kaédi et une seconde fois après. Les entretiens ont porté sur le processus de règlement du passif humanitaire entamé par les nouvelles autorités.
A l’issue de ces deux rencontres, les représentants des deux organisations ont tenu une conférence de presse à Nouakchott pour rendre compte de leurs différentes démarches.
Avant l’entame de la conférence de presse, Ousmane Sarr de l’AVOMM a demandé à l’assistance lecture de la Fatiha à la mémoire des victimes. Il a ensuite rendu hommage à tous ceux qui luttent pour le rétablissement des droits des victimes.

«Nous avons été invité par le Général Ould Abdel Aziz pour apporter notre contribution au règlement de ce douloureux problème » a précisé Ousmane Sarr. Il a qualifié les deux entretiens avec le général de « directs et sincères sans politique politicienne. »
« Nous avons dit sans ambages, ce que nous pensons du règlement de cette question au général. » a ajouté Soumaré Abdel Aziz de l’OCVIDH. Il a ajouté, « le passif a été une tragédie pour la Mauritanie, une épuration ethnique pour laquelle il n’y aura pas de solution partielle ou superficielle. Nous pensons que ce problème ne peut être résolu sans une commune volonté. » Pour Soumaré Abdel Aziz « Nul ne peut se prévaloir seul de la légitimité à traiter de cette question. Chaque citoyen peut en faire son combat. »
Nous avons dit au général, a ajouté Soumaré, que la procédure doit comporter « la mise en place d’une commission nationale indépendante pour faire la lumière sur les faits, qu’il faut associer les ONG qui ont l’expertise par rapport à la question du passif humanitaire pour qu’elles prennent part au règlement. » Réponse du général : « la question concerne tous les mauritaniens et elle doit absolument être réglée. »
Le général a dit « qu’il ne peut pas accepter l’exclusion et qu’il veut la participation de tous. » Le président de l’OCVIDH a noté : « Quiconque propose de trouver une solution au passif humanitaire, trouvera en nous une oreille attentive. On aura la paix des cœurs en cas de règlement global. »
Les représentants de l’AVOMM et de l’OCVIDH ont dit avoir discuté franchement avec le général et avoir trouvé chez lui une disposition à régler définitivement le passif humanitaire.
Ils ont également demandé au Général d’associer les organisations non encore parties au processus actuel. Réponse du Général « Nous ne laisserons personne en dehors de cette recherche de solution. » Les représentants des deux organisations ont ajouté : « Nous croyons en lui (le général), nous sommes confiants. Nous pensons qu’il est sincère. »
Selon les deux organisations, le général a pris l’engagement d’associer ceux qui ne sont pas encore impliqués et de donner des instructions dans ce sens.
Au sujet de la sortie du général à Kaédi, Ousmane Sarr a dit : « C’est un bon discours et la prière à Kaédi est un geste fort, un premier pas. Il y a eu un engagement sincère. Nous attendons plus d’actes concrets
Au sujet du plan de règlement du passif humanitaire, Ousmane Sarr a noté « le général ne nous a pas donné un plan précis. Il a affirmé commencer par les veuves et les orphelins pour soulager leur douleur car ils sont les plus fragiles. »
Au sujet des ONG qui pensent que le général, pour avoir pris le pouvoir par les armes « est inapte à traiter du passif humanitaire, » Soumaré a donné la réponse suivante : « Notre rencontre avec le président du HCE a porté sur les droits de l’Homme. Le jour du coup d’Etat, le 06 aout 2008, nous l’avons condamné. Nous ne sommes pas venus voir le général pour lui parler de sa légitimité. Notre préoccupation, c’est le passif humanitaire qui nous fait souffrir depuis 20 ans. Pour le reste, chaque ONG a le droit d’avoir sa position. »
Pour Ousmane Sarr, le règlement de la question du passif humanitaire facilitera la prise en charge d’autres problèmes comme la cohabitation, les langues nationales, l’esclavage car ce passif « est le fruit d’une politique qui avait décidé que la Mauritanie devait appartenir à une seules composante. »
La démarche des représentants de l’AVOMM et de l’OCVIDH ne fait visiblement pas l’unanimité chez leurs amis restés en France. Le secrétaire général de l’OCVIDH, dans un communiqué rendu public le 27 mars, a écrit que « Soumaré Abdel Aziz agit en son nom et qu’il n’a pas été mandaté par l’organisation


(source:Khalilou Diagana
via  Cridem.org)

Communiqué de presse du Pdt Sidi O. Cheikh Abdallahi

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , ajouter un commentaire

Communiqué de Presse

Communiqué de presse du Pdt Sidi O. Cheikh Abdallahi dans crise mauritanienne communique_77

 

Communiqué du porte-parole du Président déchu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, rendu public ce jour, 28 mars 2009.

République Islamique de Mauritanie,
Cabinet du Président de la République,
Le Conseiller Porte-parole du Président de la République.

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a reçu, vendredi 27 Mars 2009 dans sa résidence à Lemden, le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur du Sénégal, Monsieur Cheikh Tidjane Gadio.
Celui-ci a transmis au Président de la République une invitation du Président Maître Abdoulaye Wade qui souhaite le recevoir « en ami pendant quelques jours à Dakar ».
Le Président de la République a demandé au Ministre Gadio de transmettre au Président Wade ses remerciements et sa haute considération pour cette invitation fraternelle qu’il a acceptée avec plaisir, et dont la date et les modalités seront arrêtées ultérieurement.   Contrairement à ce qui a été dit dans certaines dépêches de presse, en particulier de l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), en date du 27 Mars 2009, le Président de la République n’a pas reçu de message du Président Wade relatif à un projet de médiation qu’il voudrait entreprendre au sujet de la crise mauritanienne survenue au lendemain du coup d’Etat du 6 août 2008.

Aussi faut-il considérer qu’une telle médiation n’existe pas.

 

Nouakchott, le 28 Mars 2009

Ahmed Samba Ould Abdallahi Ould Samba

(source: cridem.org)

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE