navigation

Un artisan ingénieux 4 avril, 2010

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso , ajouter un commentaire

Mamadou Cheikh Mbow  est un  soudeur métallique originaire de Sarandogou (Boghé)mais installé à Rosso depuis cinquante ans Ce brave homme qui fabriquait les fameux fourneaux  économiques ‘Masse Coono’ en partenariat avec le Corps de la Paix, produit aujourd’hui des pièces pour matériel agricole. Dans son atelier situé au quartier Médine vers le marché (à l’est de la SNAAT) il fait notamment des crépines, des colliers, des coudes de toutes dimensions (diamètre 80, 150, 200 etc.

La matière première, il se la procure dans les quincailleries de la place.  Ce qui revient plutôt cher. Malgré cela il réussit  à produire des pièces de bonne qualité et moins couteuses que les pièces importées.

Dans  une région à vocation agricole comme le Trarza, il y a lieu d’appuyer des hommes de ce genre qui ne cherchent qu’à mettre leur génie au service de leurs compatriotes.  Sans nul doute, si les pouvoirs publics et les bonnes volontés renforçaient les capacités des hommes comme Mamadou Cheikh Mbow,  les besoins en matériel  agricole seront rapidement couverts ce qui ne peut que booster la production.

Muchas gracias hermanos y amigos de Lanzarote! 14 février, 2010

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso , ajouter un commentaire

img2186.jpgfauteuilsroulant.jpgcaissesprovenantducontainerdelanzarote.jpg

 img2190.jpg

 Le 12 février courant le Pr Fassa Yérim, maire de la commune de Rosso  a présidé la réunion dans son bureau. Il a rappelé à ses collaborateurs présents  les dons qu’il venait de recevoir : un lot de dix (10) ordinateurs et plusieurs centaines de manuels scolaires provenant de  l’ONG française Solidarité Éducation en Afrique  et destinés au lycée de Rosso, un car Mercedes (613 D) de 28 places , don de la Principauté de Monaco à la jeunesse de Rosso, un lot de 120 fauteuils roulant pour les handicapés provenant de la fondation américaine ‘Wheelchair Foundation’ et un container envoyé d’Espagne par l’Association des immigrés Mauritaniens de Lanzarote (Espagne) en collaboration avec l’Association de Vecinos de los Lirios,

la mairie de San Bartalome, celles de Arrecife et de Tias.

. Cette importante quantité de matériel (près de cinq tonnes) est destinée aux rapatriés installés dans la commune de Rosso. Le maire a vivement remercié tous les donateurs en insistant sur le geste de nos compatriotes émigrés qui malgré les difficultés avec lesquelles ils sont confrontés ont eu une pensée à l’endroit de leurs frères rapatriés.

Des vêtements  et chaussures pour hommes, femmes et enfants,  des serviettes, des matelas, des draps, des couvre-lits, des  oreillers,  des rideaux, des tables, des machines à écrire, des poussettes, des  jouets, du matériel électrique, de la vaisselle et bien d’autres choses encore,  c’est ce que les ressortissants mauritaniens de Lanzarote et leurs amis de ‘Vecinos los lirios’ ont offert aux rapatriés de la commune de Rosso. A noter qu’ils ont envoyé un autre conteneur pour les rapatriés de Boghé.

Le maire a chaleureusement remercié  le ministère des finances qui a permis l’exonération et l’enlèvement de tout le matériel, M. Ba Madine,  directeur de l’ANAIR  qui n’a ménagé aucun effort pour l’acheminement du container du port de Nouakchott jusqu’à Rosso ; il a également remercié M. El Bou, l’entrepreneur  chargé de la reconstruction du marché de Rosso qui  a offert spontanément ses services pour le transport des fauteuils roulants (don d’une Ong américaine) destinés aux handicapés ainsi que Mme Diatou Sall, employée de la mairie dont l’Ong , Bourgeons de l’espoir  a également décidé de faire don aux rapatriés d’un lot offert par la FLM (Fédération Luthérienne Mondiale).

M. Fassa a également insisté sur  la nécessité de distribuer tout  le matériel avec toute la transparence requise.  C’est ainsi que la commission présidée par M.  Ba Ismaïla a décidé de faire le tri de l’ensemble du matériel afin de faire le partage entre les douze sites de rapatriés de la commune à savoir : Rosso lycée, Toulel, Goueïbina, Keur Madiké, Rabany, Mbarek diaw, Tékech, Pk 3, Pk 4, Pk 6, Pk 7, et Pk 12.

Une grande cérémonie a été organisée le 16 février à la commune pour la réception de tous .les dons dont le car offert à Dieuck par Chevilly Larue (France) et Marjorel (Espagne). Ont pris part à cette  cérémonie les handicapés, les rapatriés, la jeunesse en un mot le tout Rosso.

Au cours de la cérémonie le Wali dans un grand  élan de générosité et d’humanisme a pris la parole pour demander au maire d’embaucher Mlle Amayel Thiam, représentante des handicapées après son allocution, ce que le maire a accepté aussitôt.

Djigo Aboubakry

 

Rosso, ville sinistrée 2 septembre, 2009

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso,Reportage , ajouter un commentaire
 

 

 

 

 

déménagement forcé

 

 

Dans la nuit du 27 au 28 août Rosso  a enregistré 104 mm de pluie. Une catastrophe dans plusieurs quartiers de la ville comme Sattara, Demal Deuk, Ndiourbel ou Médine. Dans certaines maisons, les habitants ont passé toute la nuit à essayer de limiter les dégâts avec trente centimètres d’eau dans les chambres. Au matin du 28, la plupart des résidents des quartiers inondés, constatant que le combat était perdu d’avance avait décidé de plier bagages pour quitter des maisons complètement noyées. Pendant que les populations sinistrées se plaignaient de ne voir aucun responsable administratif à leur chevet, les autorités étaient pourtant en réunion de crise à la wilaya ; une réunion présidée par M. Mohamed Abdallahi Ould Leghnim, wali mouçaïd chargé des  affaires économiques et sociales qui assurait l’intérim du wali absent.  Autour de lui, le hakem de Rosso, le directeur régional de la sureté, les commandants du CFTAN, du GR5, de la compagnie de gendarmerie, de l’école de la garde nationale,  le médecin chef de l’hôpital et des responsables d’ONG.

Ce comité de crise a décidé d’évacuer les populations sinistrées au PK 7 et mis en place trois commissions (recensement, transport et accueil) pour organiser les secours. Des points de ramassage ont été définis pour regrouper et acheminer les populations sinistrées. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, les charretiers ont fait de ‘bonnes’ affaires : quatre à cinq mille ouguiyas pour transporter des bagages jusqu’aux points de ramassage.

Dans la nuit du 28 au 29 alors que les populations espéraient un moment de répit, la pluie est encore tombée : 72 mm dans une ville déjà gorgée d’eau. Après cette seconde pluie les populations n’avaient plus le choix : il fallait quitter les habitations pleines d’eau pour aller se mettre à l’abri. Tandis que les habitants de Sattara ouest se rendaient au PK 7, ceux de Demal Deuk sont allés occuper les salles de classe du  lycée et des écoles de Ndiourbel.

Plusieurs bonnes volontés se sont manifestées pour venir au secours des sinistrés. C’est ainsi que dès le premier jour, un responsable de la société Triple AID (Mohamed Mahmoud pour ne pas le nommer) a spontanément mis à la disposition des sinistrés deux tracteurs pour  leur évacuation. De son côté le député Ould Moutaly a offert trois motopompes a essence. Le maire de Jidel Mohguen, l’un des rares politiciens à venir sur les lieux a pu constater les dégâts pour apporter son aide aux populations. Quant au maire de Rosso, Fassa Yerim cela fait plus de 48 heures qu’il est sur la brèche. Avec des moyens dérisoires il essaie de faire face à cette  situation catastrophique.

De Nouakchott  20 éléments des sapeurs pompiers  sont venus  avec deux ambulances, un camion citerne et deux motopompes. La délégation  régionale de l’agriculture a apporté une contribution de tailles avec cinq motopompes de deux cylindres.

Dans l’après midi du 29 une importante délégation est venue de Nouakchott pour rende visite aux sinistrés. Outre le ministre de l’intérieur et de la décentralisation, il ya avait les ministres de l’hydraulique, de l’artisanat du commerce et du tourisme, de l’équipement, du développement rural et les commissaires aux droits de l’homme et à la sécurité alimentaire.

D’ores et déjà les autorités ont reçu 50 tonnes de blé, 50 T de riz, 10 T de sucre, 5 T d’huile, 12 T de poulet et 300 kits (tentes et  divers matériels) pour les distribuer aux populations sinistrées.

Deux jours après ces pluies diluviennes, les rossossois craignent le pire. Les fosses septiques sont pleines et se déversent dans les rues ; des rues transformées en fleuves où se mêlent allègrement toutes les saletés de la ville. Les magasins sont en rupture de stock pour bottes. Et il faut pourtant circuler dans les rues transformées en fleuve, dans cet immense cloaque où l’on retrouve toutes les saletés imaginables. Les rossosois scrutent le ciel et sont inquiets. Les stratus,cumulus et autres nuages qui se forment dans le ciel n’inspirent guère confiance.

Quarante huit heures après les premières pluies les autorités administratives continuent à tenir des réunions. Si le wali mouçaïd Mohamed Abdallahi Ould Leghnim est prompt à donner des informations à la presse, il faut dire qu’il y a un déficit de communication. Il faudrait sans instituer un point de presse hebdomadaire pour que les autorités rendent compte régulièrement de la gestion des affaires publiques.

Djigo Aboubakry

aboubakry_d@yahoo.fr

 

Rosso:Démarrage du SAMU social 23 juin, 2009

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso , ajouter un commentaire

dscn4509.jpgC’est le jeudi 18 juin dernier que la cérémonie de lancement du SAMU social de Rosso a eu lieu dans l’enceinte de la commune. C’était en présence du wali du Trarza, du hakem de Rosso, du secrétaire général du ministère de la santé, des autorités sécuritaires de la ville, de la quasi-totalité des chefs de service de la ville, des médecins et de nombreux invités dont le maire de Rosso Sénégal. 

Dans son mot de bienvenue le Professeur Fassa Yérim a expliqué l’origine des deux véhicules qui lui ont permis de mettre en place le SAMU et donné les raisons pour lesquelles ce service d’urgence a été créé. Il a notamment rappelé des cas de décès de nouveaux nés ou de femmes enceintes qui à l’heure de l’accouchement n’ont pas pu être évacuées à temps.

Dans son discours le Pr Fassa n’a pas manqué de lancer une flèche aux journalistes qui l’avaient traité il a quelques mois de ‘pigeon voyageur’ en précisant que le SAMU était un des résultats concrets des ses déplacements. Le maire  a également pris l’engagement de prendre en charge les médicaments nécessaires au fonctionnement du SAMU pour le reste de sa vie. 

 Par la suite, le secrétaire général du ministère de la santé, le maire de Rosso Sénégal ont pris la parole pour saluer la création du SAMU social et féliciter le maire de Rosso pour ses efforts inlassables. 

M. Abbass Bougourbal, un vieil ami du Pr Fassa (ils étaient dans la même classe de  sixième année fondamentale  en  1960 avec Amadou Clédor Sall comme maître) a promis de donner chaque année un million d’ouguiyas  pour le fonctionnement du SAMU. 

Notons qu’avant la cérémonie du jeudi, une réunion avec les médecins exerçant à Rosso et des médecins de Rosso exerçant hors de la ville avait permis de mettre au point les modalités de fonctionnement du SAMU social. Un service qui ne se contentera pas seulement d’interventions d’urgence mais qui fera aussi des consultations gratuites et du dépistage (diabète et hypertension artérielle notamment). Le service couvrira plusieurs localités accessibles : Dieuk, Breun, Tounguène, Garack ainsi que les localités situées sur l’axe Rosso – Nouakchott, jusqu’à Mbalal. 

En attendant le numéro vert que le professeur a demandé aux opérateurs de téléphonie mobile, on peut joindre le SAMU au 55 69 005. 

 

D. Aboubakry 

 

 

 

 

 

 

1...34567

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE