navigation

Hommage à Ba Mbaré 13 janvier, 2013

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

Hommage à Ba Mbaré dans actualités ba_mbare_0270

     Natif de Wali Diantang, du département deMaghama dans la Wilaya       du GorgolMBare issu d’une famille peulhe guerrière les Yaalalbe, à rendu l’âme au petit matin du vendredi 11/1/2013. Une triste nouvelle pour laRépublique Islamique de Mauritanie qui perd l’un de ses valeureux fils.
L’homme a quitté ce monde d’ici bas, fait de violence et de plus en plus de déshumanisation de valeurs à-morales. Pour ceux qui connaissent très bien feuMBare, ont connu en lui un homme avec un franc parlé, loyal, affable fidèle et très attaché à ses principes. L’opportunisme et la cupidité n’ont jamais guidé ses attitudes et ses ambitions, loin de là.

Durant tout son parcours professionnel, il a su incarner les vertus de courage, l’assistance aux victimes d’injustices et surtout, la loyauté et l’attachement à laMauritanie. L’homme n’a jamais versé dans la calomnie.

Il a toujours osé dire tout haut ses idées et positions et les défendre sans hypocrisie, ni opportunisme, chose rare dans notre monde d’aujourd’hui. À cause de cette franchise, certains le trouvaient comme un homme difficile de caractère. Il s’agit là bien sûr d’un jugement non fondé et c’est bien le contraire. Ce ne sont-ils pas les auteurs de ces jugements qui le sont ?

Ceux là attachés à cette société infestée de contre-valeurs faites de dénégation de toute attitude exemplaire et hostiles à l’amour pour autrui, à la franchise, à l’intégrité morale, et à la solidarité sociale, autant de valeurs cardinales qui déterminent la personnalité de base qui a jusqu’ici caractérisé notre société de référence mais qui cède de plus en plus de place à des formes de sociétés individuelles ou les valeurs cardinales précitée trouvent de moins en moins leur point d’ancrage .

C’est dire donc, que ce sont les hommes qui se réfèrent à ces sociétés dépravées qui sont de caractères difficiles, mais pas l’homme qui vient de nous quitter et ceux qui partagent les mêmes valeurs que lui. . Mbare nous a quittés tout en incarnant ses valeurs cardinales.

En 2009, tout le monde se rappelle le rôle éminemment patriotique qu’il a joué. En effet, Il a su dans un contexte de crise politique, rester au service de la Nation quand il occupait les fonctions de président de la République Intérimaire.

Et en dépit des mauvais esprits qui voulaient le diaboliser, après le coup d’Etat de 2008, Mbaré a démontré sa capacité d’être à la hauteur de cette mission sans aucun signe de difficulté. Comme tout peulh fier de ses origines ou comme diront certains son Poulaagou, Feu MBare tenait à sa dignité d’abord et rien que sa dignité. Durant cette période, Dieu merci il en est sorti aggrandi et avec lui toute laMauritanie.

Ceux qui connaissent ses rapports avec le Président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz, savent que ce dernier, à toujours manifesté une grande considération à Feu MBare, même si dans la calomnie et les manœuvres perfides entretenues par un certain COE auprès du Président, les relations entre les deux hommes semblaient donner l’air d’être souvent conflictuelles.

Non, le Président Aziz, son Premier ministre et le président Messoud Ould Belkheir ont toujours fait montre d’une grande considération et de respect réciproque pour feu MBare. Ces trois hommes savent distinguer les personnes valeureuses. Et Ceux qui sont proches de MBare, témoignent également qu’il recommandait à son entourage la fidélité à l’Etat et aux hommes qui l’incarnent car un pays se respecte par ses dirigeants et la Mauritanie disait il souvent à ses proches, doit rester unie autour de son dirigeant qui œuvre pour tous ses fils.

Par ces lignes, j’ai tenu à rendre un grand hommage à celui qui à œuvré pourMauritanie. A toute la Mauritanie, je présente toutes mes condoléances. À tous et toutes, je demande de prier pour lui et souhaiter qu’Allah l’accueille dans son saint paradis. Inallilahi wo ina illeyhou Raajioun.

BA Saidou – Cire BA  (Source : cridem.org)

 

Indemnisation des militaires mauritaniens victimes du conflit social de 1989 entre Dakar et Nouakchott 5 janvier, 2013

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

Le conseil des ministres mauritanien, réuni jeudi àNouakchott, a validé l’indemnisation de 686 militaires, victimes des évènements de 1989 pour un montant de 772 millions 132 405 ouguiyas pour dédommagement et 88 millions pour les pensions de retraite, a annoncé à la presse le ministre de la Défense nationale, Ahmedou Ould Idey Ould Mohamed Radh.

Il a ajouté que son gouvernement avait indemnisé en 2011 un groupe de 974 militaires pour une enveloppe de 1.0247.000 ouguiyas, en plus de 98 millions d’ouguiyas pour les pensions de retraite.

Les deux vagues font au total, selon le ministre, 1760 négros mauritaniens qui ont bénéficié en tout d’une somme de 2.19.700.000 ouguiyas de compensations et 186 millions pour les pensions de retraites (300 ouguiyas= un dollars américain).

Selon le ministre, avec de telles opérations, le processus de règlement du passif humanitaire pour les militaires mauritaniens arrive à son terme et son dossier est désormais classé.

Le 25 mars 2009, l’actuel président mauritanien avait engagé un processus de réconciliation nationale marqué par l’organisation d’une prière des morts àKaédi, le retour de 25 000 réfugiés du Sénégal et la compensation ou la réintégration des fonctionnaires exclus, lors des douloureux conflits sociaux de 1989 entre Dakar et Nouakchott.

Source : Agence de Presse Africaine

(Publié dans Cridem.org)

 

Rosso : Atelier du Fonadh sur la communication et le plaidoyer 3 janvier, 2013

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

Rosso : Atelier du Fonadh sur la communication et le plaidoyer dans actualités dsc01532-300x225La communication et les techniques du plaidoyer sont des outils dont la maîtrise est utile pour toute structure dont l’objectif est de participer au développement de manière générale. Aussi, c’est avec beaucoup d’intérêt que l’atelier de Rosso organisé du 27 au 29 décembre 2012 a été suivi par plus de 20 participants représentants différentes organisations regroupées dans le réseau local ainsi que les responsables des cliniques juridiques de Rosso et Boghé.

Cet atelier organisé par le Fonadh en partenariat avec l’UE et Oxfam a été animé par M. Djigo Djibril. Le formateur a suscité un débat autour de la communication pour amener son auditoire à réaliser que  ce ‘’mode de relation qui vise, par la persuasion, à modifier les dispositions mentales d’autrui et, éventuellement, à l’inciter à adopter un comportement, réaliser une action ou s’abstenir d’agir’ est ‘un processus d’influence qui obéit à des préoccupations diverses.’

Il a par la suite décliné toutes les stratégies de communication pour permettre aux participants de bien cerner le concept et de se l’approprier. Par la suite, le formateur a abordé la technique du plaidoyer en  commençant par le définir comme ‘un ensemble d’actions organisées dans le but d’apporter un changement dans les politiques, stratégies et décisions’. Il a décliné tout le processus du plaidoyer ainsi que les actions politiques nécessaire.  Il a évoqué les concepts apparentés en soulignant les similitudes et les différences avant de s’étendre sur les différentes formes de plaidoyer comme le lobbying, les pétitions, les manifestions.

Les participants qui représentaient plusieurs structures dont le RPC, l’AMDH, le collectif des Ong de Rosso, l’Association pour la Renaissance du Pulaar,  AFCF , CSVDH, Bourgeons de l’espoir, SOS Esclaves, GRDS ont fait plusieurs exercices portant sur la communication et le plaidoyer, des outils qu’ils maitrisent désormais et qui leur seront d’une grande utilité dans leur travail de tous les jours.

A la fin de l’atelier, des attestations ont été remises à tous les participants. Notons que l’atelier de Rosso a été précédé par un autre à Bababé du 19 au 21 décembre.

Djigo Aboubakry

 

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE