navigation

FONADH/Rosso : atelier sur la gestion et fonctionnement de la clinique juridique 1 avril, 2012

Posté par Aboubakry dans : actualités , trackback

Rosso vient d’abriter du 15 au 17 mars un atelier de formation sur la gestion et le fonctionnement d’une clinique juridique au profit des observatoires, des techniciens des cliniques juridiques et des réseaux locaux. L’atelier s’est déroulé au siège de la clinique juridique de la ville. L’objectif général de la formation était de contribuer au renforcement des capacités organisationnelles et techniques  des OSC (Organisations de la Société Civile) membres du FONADH (Forum des Organisations Nationales des Droits Humains), des  techniciens des cliniques juridiques et des membres des organisations  des rapatriés  du Sénégal, sur la gestion et le  fonctionnement d’une clinique juridique.

Il s’agissait notamment d’améliorer la compréhension des participants sur le concept de clinique juridique et sa fonction, de renforcer les capacités opérationnelles et techniques des participants sur les modes de gestion administrative et de fonctionnement d’une clinique juridique, d’initier les participants sur les modalités de collecte, de montage et de traitement des dossiers des plaignants en matière de conflits et litiges sociaux, d’identifier avec les participants des outils et supports  appropriés pour assurer la bonne visibilité d’une clinique juridique.

En plus des techniciens des cliniques juridiques de Rosso et Boghé, il y avait plusieurs participants représentants diverses organisations.

Pour atteindre les objectifs fixés, la formatrice, Mme Rokhaya Gaye a commencé par un test d’entrée avec des questions posées aux quatre groupes constitués.

1)      Qu’est-ce qu’une clinique juridique ?

2)      Qui sont les bénéficiaires d’une clinique juridique?

3)      Quel est la fonction d’une clinique juridique ?

4)      Quelles sont les principales qualités d’un(e) conseiller (ère) juridique ?

Quatre sessions étaient au programme :

-          concept de clinique juridique  et fonction d’une clinique juridique

-          mode de gestion d’une clinique juridique

-          fonctionnement de la clinique juridique

-          la visibilité et la promotion de la clinique juridique

Pour chaque session, la formatrice a procédé  par un exposé avant de donner aux participants répartis en groupes des exercices pratiques. Le travail de chaque groupe a été  restitué par un rapporteur avant d’être adopté après un débat constructif au cours duquel chacun a donné  et défendu son point de vue. Le coordinateur, Djigo Djibril et le responsable du comité de pilotage, Dia Amadou Oumar ont apporté des éclaircissements chaque fois que c’était nécessaire.

-       concept de clinique juridique  et fonction d’une clinique juridique 

Il s’agissait pour cette session de faire connaitre le sens et la portée du concept de clinique juridique  et sa fonction.

La mise en place des différents programmes de services juridiques aussi bien dans la société civile que dans l’État répond au souci de combler le déficit en information juridique et de contribuer à l’émergence d’une  démocratie citoyenne  à la base et au développement  du pays  avec des populations formées et responsabilisées.

La clinique juridique a une double fonction préventive et médicale : elle informe le citoyen sur ses droits et devoirs  et l’oriente quand il est lésé. La fonction curative prédomine car les usagers des cliniques juridiques sont généralement des personnes ou groupes de personnes qui s’estiment lésés dans leurs droits et ignorent les possibilités de recours et de réparation qui s’offrent à eux.

Les  différents types de services  offerts aux populations  par la clinique juridique sont les activités de conseil et d’assistance, de suivi mais aussi de visites de proximité par la réception des populations dans les structures créées à cet effet pour les informer sur leurs droits et devoirs.

Toutes ces activités sont généralement assurées par des professionnels du droit (avocats, magistrats, greffiers, notaires, huissiers de justice).  Il peut s’agir aussi de personnes formées par les organisations et affectées aux tâches de para juristes  ou de travailleurs communautaires et qui s’appuient sur des leaders d’opinion ou personnes ressources locales (Imams, chefs de quartier, présidentes de groupement de femmes, dirigeants politiques etc.).

Différentes stratégies sont utilisées : sensibilisation de masse (émissions à la radio et à la télévision), formation pour le renforcement des capacités à la base (para juristes, élu(e)s locaux (locales)… ; par exemple, au Sénégal, le RADI forme aussi des para juristes pour le compte d’autres associations et ONG, assistance judiciaire et juridique à l’endroit des cibles défavorisés, des prévenus et des détenus de droit commun qui n’ont pas les moyens de  payer les frais de justice, production de supports didactiques et du matériel pour le renforcement de la sensibilisation et la promotion des centres (calendriers en douze volets sur des thèmes juridiques, livrets d’informations juridiques, émissions télévisées et radiophoniques…), médiation ou conciliation.

Deux approches sont possibles :

-          L’approche individuelle qui consiste à recevoir les usagers au niveau des cliniques juridiques (consultations juridiques), ou de déplacer les services de la clinique juridique vers les populations (cliniques mobiles) ;

-          L’approche communautaire (village, groupement de femmes, de jeunes ou d’association, programme groupe de prisonniers) avec des activités telles que l’animation de causeries (boites à images, théâtre populaire), les conférences/ panels…). L’utilisation de canaux de communication traditionnelle (baptême, mariage…)  est aussi privilégiée.

Il est possible de faire intervenir les membres des réseaux de personnes ressources de divers horizons mais dont la plupart sont des professionnels du droit (avocats, magistrats) au niveau de l’exécution de toute les activités aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural ; ce qui a contribué à démythifier un peu ces « professionnels » et à donner confiance aux populations qui ne voyaient dans le système judiciaire moderne que le caractère répressif.

-          mode de gestion d’une clinique juridique

Cette session a permis de familiariser les participants  avec la gestion d’une clinique juridique (gestion des ressources humaines : profil et compétences, gestion du cahier des charges de la clinique, gestion des moyens matériels de la clinique).

La gestion de la clinique est assurée par les ressources humaines recrutées à cet effet.  Généralement la clinique juridique emploie  trois (3) types de personnels (le personnel salarié composé principalement des juristes salariés (deux en moyenne par centre) en plus du personnel d’appui (chauffeurs et secrétaires), et du chargé de  l’I.E.C (Information, éducation, communication, le personnel non salarié qui concerne les membres des réseaux de  personnes ressources,  sont des volontaires qui  interviennent de manière directe ou indirecte dans toutes les activités des cliniques juridiques (consultations, causeries, assistance judiciaire…).

Les techniciens ont plusieurs tâches :

-          réception,  conseils  et orientation des plaignants

-          élaboration des documents juridiques (requête/demande, conclusions, contrat, ou tout autre document leur facilitant l’accès à la justice ou services sociaux de base (santé, éducation) ;

-          accompagnement des plaignants en cas de blocage des dossiers administratif ou judiciaire;

-          édition/élaboration des documents juridiques sous forme de brochure ou dépliant dans un langage simple et accessible à tous ;

-          planification et organisation des séances d’animation (forum, causerie,…) ;

-          animation des thèmes juridiques en langues nationales ou officielle (causeries, conférences-débats télévisées et radiophoniques,….) ;

-          formation juridique d’animateurs ou de para juristes ;

-           mise en place des cadres de concertation en rapport avec le Coordinateur National ;

-          travail en étroite collaboration avec les para juristes/animateurs et les partenaires de terrain que sont les groupements de femmes, les associations de jeunes, les comités de développement local, les autorités administratives, politiques, religieuses, judiciaires, les personnes ressources, les partenaires au développement, les ONG représentées au niveau de votre zone d’intervention…

-          fonctionnement de la clinique juridique

Cette session avait pour objectif de faire comprendre le fonctionnement d’une clinique juridique et d’identifier les règles de bon fonctionnement d’une clinique juridique.

Selon qu’elle soit fixe ou mobile la clinique juridique peut fonctionner différemment :

Les Cliniques ‘fixes’ sont des séances (individuelles ou collectives) d’information, de conseil et d’orientation tenues dans un local (centre, clinique, boutique, maison,…) pour celles ou ceux  qui ont besoin d’aide. Le but  de la  Clinique ‘fixe’ est de faire connaître aux usagers leurs droits et devoirs par rapport à un problème juridique donné (droit foncier, le droit du travail, le droit successoral…). L’objectif est de permettre aux populations de se prendre en charge, et de pouvoir gérer harmonieusement vie individuelle, familiale et communautaire. Il ne s’agit donc pas d’imposer un point de vue mais, de proposer une orientation par rapport aux questions soumises au conseiller, sur la base des textes en vigueur.

Les Cliniques ‘fixes’ ont pour site, généralement, le siège de l’Association. Celui-ci est ouvert au public sous forme de permanence. Une fiche est ouverte au nom de la personne accueillie, pour permettre son identification. Toutefois, celle-ci peut souhaiter préserver son anonymat, souhait que la Clinique respecte car elle estime qu’il ne faut pas brusquer les mentalités. Les entretiens, dans tous les cas, demeurent confidentiels. Il en est cependant conservé une trace dans des registres, ce qui permet d’assurer le suivi des dossiers lors de consultations ultérieures. Un système d’archivage des fiches doit être mis en place par le technicien.

Les Cliniques ‘mobiles’. Elles sont une activité décentralisée des cliniques (centre, boutique, maison), destinée aux populations des zones rurales et à celles des couches urbaines défavorisées. Leur caractère de forum en a fait des séances communément appelées « causeries ». Il s’agit essentiellement d’opérations de sensibilisation et d’information. Dans les zones rurales, les séances sont animées par des juristes et les Para juristes  (formées par l’Association  pour rendre le droit plus accessible aux populations).A la fin des séances les juristes font des entretiens individuels à des personnes préalablement identifiées avec l’appui des para juristes. Ces personnes seront orientées vers la clinique pour le suivi du dossier.

-          la visibilité et la promotion de la clinique juridique

Partant du fait que la clinique juridique n’est viable que si elle présente un intérêt pour les usagers qui la fréquent régulièrement, la formatrice s’est attelée à faire comprendre les enjeux de la visibilité et de l’attractivité d’une clinique mobile et à les familiariser avec les outils de promotion de la visibilité d’une clinique.

Comment assurer la visibilité de la Clinique dans la zone d’intervention ? Il s’agit entre autres d’élaborer des supports (brochures, dépliants, calendriers thématiques, de faire des émissions (radio, télévision), des spots publicitaires en langues nationales) ; l’enseigne de la clinique doit indiquer les différents services offerts.

Différentes stratégies de promotion ont été répertoriées : conférences/débats médiatisées sur les thématiques les plus récurrentes lors des séances de consultation (état civil, gestion des conflits), porte à porte pour informer les populations potentielles sur leurs droits fondamentaux et les services offerts par la clinique, cliniques mobiles dans les localités enclavées, journées portes ouvertes lors d’événements spéciaux comme l’anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la journée internationale de la Femme, etc.

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE