navigation

Les Diabétiques du Nord dans le sud 18 avril, 2010

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso , ajouter un commentaire

runiondiabtiques.jpg               adrosso.jpg              pdteassocdiabtiques.jpg

Du 07 au 16 Avril 2010, une délégation de l’Association des Diabétiques du Nord (ADN), conduite par le Président Issa Mamadou DIOP et le Secrétaire Général Adjoint Mohamed Lemine FALL, a effectué une mission d’information et de sensibilisation sur le diabète dans les Antennes ADN de Nouakchott, Rosso et Boghé transportant dans leurs bagages : 

40 échantillons des brochures sur le diabète élaborées par l’Association et imprimées en Espagne sur financement de CIDEAL en partenariat avec la Coopération Espagnole et SOS Pairs Educateurs de Nouakchott, 30 Fiches en arabe et en français sur l’alimentation du diabétique, 01 Guide sur le diabète en couleurs de 145 pages, 200 Seringues à insuline de 0,5 ml, 100 seringues à insuline d’1 ml, 12 édulcorants en pastilles, 05 édulcorants en poudre, 12 piles de recharge pour lecteurs de glycémie, 03 Lecteurs de glycémie, 03 boites de bandelettes, 03 Autopiqueurs, 03 paquets de lancettes, des Antidiabétiques Oraux (glibenclamide 5mg et Metformine 500 mg exclusivement), 02 pèse personnes électroniques, 01 pèse personne mécanique.

Partout la délégation a reçu un accueil simple mais chaleureux et enthousiaste.

Dans chaque localité une réunion de travail a été organisée suivie de la remise de lots de brochures, d’édulcorants, de matériel médical et de médicaments au bureau de chaque Antenne. Des explications détai llées ont été   fournies sur l’utilisation de certains appareils.

A Tounguène, dans la commune de Rosso, un lecteur de glycémie a été mis à la disposition du Centre de Santé pour une opération gratuite de contrôle de glycémie et une boite de médicaments a été offerte à une patiente qui avait arrêté son traitement pour des raisons financières.

Le président de l’ADN a rappelé que le diabète, « Epidémie du XXIe siècle », pose un problème majeur de santé publique aussi bien dans les pays pauvres que dans les pays nantis.

« Ce que le Sida a été sur les 20 dernières années du XXe siècle, le diabète le sera sur les 20 premières années de ce siècle » a déclaré Paul Zimmet président d’International Diabetes Institute dont le siège se trouve à Melbourne (Australie).

L’OMS de son côté estime que le nombre de décès au niveau mondial imputable au diabète se situe autour de 4 Millions/an…..bien plus que le VIH-SIDA ! ! ! et qu’en 2025 le diabète sera probablement la première cause d’incapacité et de décès dans le monde.

Monsieur DIOP a déclaré qu’il n’était pas du tout étonné que dans notre pays la maladie continue à être ignorée par les pouvoirs publics car les diabétiques ne sont toujours pas parvenus à mettre sur pied une structure dynamique et crédible au niveau national.

Il a réaffirmé que l’ADN souhaite que les Antennes qu’elle a implantées à Nouakchott, Rosso, Boghé et Ndiago, se transforment dès que possible en Associations à part entière tout en portant à un niveau supérieur les solides et loyales relations qui les lient.

Il a beaucoup insisté sur la nécessité pour tous les diabétiques de s’organiser dans des associations locales et de se mobiliser au niveau national pour la mise en œuvre, le plus rapidement possible, d’un Programme de Prévention et de Contrôle du diabète et des maladies associées conformément à la Résolution  61/225 du 20 décembre 2006 des Nations Unies et à l’« Appel à l’Action de Maurice » lancé le 14 Novembre 2009 par l’OMS avec plusieurs partenaires internationaux dont la Fédération Internationale du Diabète.

Dans tous les pays limitrophes (Maroc, Sénégal, Algérie, Mali), sous la pression des associations de diabétiques, les gouvernements ont fini par prendre conscience de l’ampleur du fléau et de son impact désastreux sur leurs politiques de développement socio-économique.

Ils appliquent depuis plusieurs années déjà,  avec plus ou moins de réussite, des programmes de lutte contre le diabète.

Chez nous, compte tenu de la vitesse à laquelle la maladie progresse, de son coût financier par rapport aux revenus dérisoires de plus de 80% des patients, de l’absence d’une couverture médicale pour plus de 90% de la population, de l’inexistence de structures d’accueil appropriées ; du taux élevé d’analphabètes ;  et si l’on estime que plus de 45% des diabétiques ignorent qu’ils sont atteints ; il faudra alors s’attendre à une véritable hécatombe sous peu de temps si l’Etat s’obstine à ne rien faire.

 

Le président a enfin révélé que son séjour en Espagne en mars 2010 lui avait permis de contacter Mme Sylvia Blanco, présidente de l’Association des Diabétiques de Gran Canaria (ADIGRAN), Dr Ricardo Redondas président de l’ONG Salud para Todos , partenaire de l’ADN depuis 2006 et Dra Lourdes Gonzales diabétologue très connue à Nouadhibou.

Tous lui ont fait part de leur totale disponibilité à soutenir les diabétiques de la Mauritanie.

 

La délégation accompagnée du responsable de l’Antenne de Nouakchott s’est rendue à l’OMS pour y rencontrer Dr Amadou Racine KANE avec qui elle a fait un tour d’horizon de l’actualité des associations des diabétiques chez nous et dans le monde.

La mission achevée la délégation a regagné Nouadhibou dans la nuit du 16 avril 2O10.

 

Communication ADN 

Nouadhibou

Femmes Aid à Rosso : Mettre fin à la violence contre les femmes

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

femmesaid.jpg Cérémonie officielle de l’ouverture du centre d’écoute       femmesaidvuedelasalle.jpg Un auditoire attentif

C’est le 15 avril que la cérémonie de l’ouverture du Centre de Prévention contre la violence à l’encontre des femmes a eu lieu en présence du wali  mouçaid et du hakem de Rosso, des représentants de plusieurs Ong et de nombreuses femmes.  Il reviendra au coordinateur Hassan Ould Belloul de présenter  l’Ong Femme Aid. Une Ong qui a depuis longtemps, entrepris des actions de lutte contre toutes les formes de violences à l’égard des femmes.  C’est ainsi  qu’elle  a, depuis 2000, inscrit dans ses plans d’action et réalisé des activités de lutte contre les violences. Il s’agit notamment de  la réalisation du film ‘Lumières sur l’excision’, de l’élaboration et de la diffusion de brochures, d’affiches et dépliants sur les MGF, d’une série de formations et de sensibilisation à Nouakchott, en Adrar, au Gorgol et au Trarza  sur les MGF et d’actions de plaidoyer et de lobbying. Le coordinateur précisera que le programme actuel était une concrétisation de la collaboration entre la société civile et  les partenaires techniques et financiers (PTF) de
la Mauritanie, notamment l’Union européenne qui intervient à travers son programme «Instrument Européen Pour
la Démocratie et les Droits de l’homme (IEDDH) : Prévenir les violences  à l’encontre des femmes ».

Après la présentation de l’association, de la mission du centre d’écoute  par le coordinateur, Mme  Soultana Mint Mohamed Yahya, présidente de l’Association a pris la parole pour s’adresser à l’assistance. Dans son allocution, Mme Soultana Mint Mohamed Yahya a rappelé que malgré le rôle de première importance que la femme joue dans la société elle continue de subir diverses formes de violences. Ce phénomène a pris une telle ampleur que la situation ne préoccupe plus seulement les femmes et leurs associations, mais aussi les décideurs, les institutions nationales et internationales, la société civile, les experts , les éducateurs, etc. Il est devenu urgent  dira-t-elle de déployer d’énormes efforts pour mettre fin à cette situation. Une femme sur trois dans le mode est victime de violence selon des rapports des Nations Unies rappellera Mme Soultana Mint Mohamed Yahya. Cela constitue une flagrante violation des droits de l’homme. La présidente de l’association rappellera les objectifs et la mission du centre d’écoute de Rosso. Il s’agit notamment de contribuer à la prise en charge psycho médicale des femmes et des filles victimes de violence (viol, MGF,  violence physique, etc.) à travers des prestations gratuites, de créer une base de données sur les violences qui sont souvent passées sous silence et d’offrir une base d’information  pour les besoins scientifiques et de plaidoyer, d’expérimenter le fonctionnement de ces structures en vue de les élargir  au besoin. Le centre d’écoute a pour mission entre autres, de recevoir les femmes et filles victimes de violence, de leur offrir les premiers soins, de référer les  cas nécessitant une prise en charge médicale aux structures  sanitaires compétentes  (dispensaires, hôpitaux)  avec un accompagnement du centre, d’assurer une prise en charge psychologique et une assistance juridique des victimes.  Pour atteindre ces objectifs le centre est doté d’un personnel pluridisciplinaire en mesure d’assurer et de garantir les missions qui lui sont assignés : une sage femme, un conseiller juridique, un assistant social, un coordinateur.

Mme Soultana Mint Mohamed Yahya a vivement remercié l’Union européenne qui à travers son programme ‘Instrument Européen pour
la Démocratie et les Droits de l’Homme’ a appuyé l’ONG Association Femme / Aide pour la réalisation du centre d’écoute de Rosso et de celui d’Atar qui sera inauguré incessamment.

Après le mot du Wali qui félicitera et encouragera Mme Soultana Mint Mohamed Yahya pour le travail qu’elle accomplit, les autorités avant de prendre congé, ont visité le centre.  Des locaux fonctionnels et bien équipés dans un site approprié au quartier Escale de Rosso.

Djigo Aboubakry 

 

Meeting de l’UPR : Melting-pot ou Real Politic?

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

fassadefacedeynadedos.jpg L’ancien maire de dos et le nouveau maire de face                    vuedumeeting.jpg

L’UPR qui est en pleine implantation a organisé ce 19 avril  un meeting devant l’auberge Bénichab (Médina, Rosso). Un meeting de mi-parcours qui intervient après une semaine de sensibilisation et à la veille de la vente des cartes qui sera suivie par la mise en place des instances locales du parti. D’ores et déjà comme au bon vieux temps, la collecte des cartes d’identité des ‘membres’ a commencé. Beaucoup n’hésiteront pas à mettre la main à la poche pour acheter des dizaines de cartes de membres pour se positionner. Les vieilles habitudes ont la vie dure…. 

Pour en revenir au meeting du 19, la place exiguë était noire de monde. Les gens simples n’y ont rien compris. Le premier constat qu’ils ont fait est que le parti du président est devenu la somme de plusieurs familles politiques et autres tendances. L’UPR a réussi à mettre côte à côte des hommes et des femmes qui se détestaient cordialement il y a si peu. Au noyau ‘dur’ de ceux qui ont joué la carte Ould Abdel Aziz dès les premières heures se sont ajoutés des hommes venus d’horizons divers (RFD, PRDR, AJD, APP et de plusieurs autres mouvements), certains en vol direct, d’autres avec au moins un transit. Reste à savoir comment avec des ingrédients aussi variés on réussira à faire prendre la sauce. Sans compter avec un phénomène que tout observateur averti décèle très tôt : l’ambition démesurée de jeunes loups et la volonté de la vieille classe politique à se maintenir vaille que vaille.  Pourtant lors d’un précédent meeting tenu vers l’hôtel Asma, Teyfour  a crié haut et fort qu’il était temps de céder la place aux jeunes. Pour beaucoup d’observateurs c’était une flèche adressée à Sow Deïna son éternel ennemi. Une flèche qui ne devait pas faire mouche car Teyfour lui-même ne semble pas céder la place. Il est encore à bien des sauces… 

Djigo Aboubakry 

 

ROSSO:OMST/Sida s’investit dans l’approche genre 7 avril, 2010

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso , ajouter un commentaire

La lutte contre le SIDA peut recouvrir de multiples facettes. L’ONG OMST/SIDA, qui depuis une décennie a fait de ce combat son crédo élargit aujourd’hui son champ d’action en adoptant l’approche genre avec la formation et la réalisation  de petites actions de développement en direction des femmes.  Cette diversification des activités a pu voir le jour grâce au soutien sans faille des ONG  SOS Pair Educateur (NKTT) et de l’ONG espagnole CIDEAL qui par leur apport consécutif dans le cadre de renforcement des capacités des ongs  tant sur le plan structurel que financier ont permis à ce projet d’éclore.

Pour Cheikh Tidjan Sall président d’OMST/SIDA, la lutte contre la pandémie doit revêtir toutes les formes et la lutte contre la  pauvreté est un des combats à mener pour aider les couches vulnérables, car la pauvreté et ses corollaires constituent un terreau fertile pour l’expansion du SIDA d’où la création de ces activités qui s’inscrivent dans un cadre socio éducatif.

Le projet genre initié par l’ONG en partenariat avec PAIRS ÉDUCATEURS et CIDEAL  consiste en un atelier de couture, un autre de teinture et de un dernier de coiffure. Il compte 55 filles et 5 garçons. Il est aussi une réponse à la déperdition scolaire qui est un phénomène récurent. « Nous donnons a ceux qui ont quitté l’école prématurément la chance d’apprendre un métier qui leur permettra de s’insérer dans le secteur informel plus tard ». la formation dure huit mois et un suivi est fait après formation pour aider les bénéficiaires à obtenir un stage et si possible un emploi.

Mais l’essentiel est que ces personnes sortiront outillées et pourront se mettre à leur compte ou monnayer leur savoir faire dans le marché du travail.

La cérémonie de lancement du programme a eu lieu le mardi 6 avril 2010 en présence du Hakem de la moughataa et du maire de la commune.

                   N’Diaye Amadou Abdoul 

 

Un artisan ingénieux 4 avril, 2010

Posté par Aboubakry dans : Commune de Rosso , ajouter un commentaire

Mamadou Cheikh Mbow  est un  soudeur métallique originaire de Sarandogou (Boghé)mais installé à Rosso depuis cinquante ans Ce brave homme qui fabriquait les fameux fourneaux  économiques ‘Masse Coono’ en partenariat avec le Corps de la Paix, produit aujourd’hui des pièces pour matériel agricole. Dans son atelier situé au quartier Médine vers le marché (à l’est de la SNAAT) il fait notamment des crépines, des colliers, des coudes de toutes dimensions (diamètre 80, 150, 200 etc.

La matière première, il se la procure dans les quincailleries de la place.  Ce qui revient plutôt cher. Malgré cela il réussit  à produire des pièces de bonne qualité et moins couteuses que les pièces importées.

Dans  une région à vocation agricole comme le Trarza, il y a lieu d’appuyer des hommes de ce genre qui ne cherchent qu’à mettre leur génie au service de leurs compatriotes.  Sans nul doute, si les pouvoirs publics et les bonnes volontés renforçaient les capacités des hommes comme Mamadou Cheikh Mbow,  les besoins en matériel  agricole seront rapidement couverts ce qui ne peut que booster la production.

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE