navigation

Crise mauritanienne:Le plan lybien 12 mars, 2009

Posté par Aboubakry dans : Non classé , trackback

Crise mauritanienne:Le plan lybien 150.150._home_www_5a06e1cbab97b4ebc90877cf5793f2c9_web_fr_images_stories_kadhafiLe Guide libyen Mouamar Kadhafi a soumis, aux quatre délégations mauritaniennes, un plan de sortie de crise en sept points. Suivant l’ordre d’arrivée à Tripoli, elles étaient conduites par Mohamed Ould Abdel Aziz, Ahmed Ould Daddah, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi et Messaoud Ould Boulkheïr. Taqadoumy dévoile, en exclusivité, le plan libyen ainsi que l’essentiel des réponses des trois derniers protagonistes.

Le plan s’articule autour de 7 points :

1) Démission du Général Mohamed Ould Abdel Aziz ;
2) Dissolution du Haut Conseil d’Etat (HCE) qu’il préside ;
3) Démission de Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi ;
4) Le Président du Sénat Bâ M’Baré assure l’intérim à la tête de l’Etat ;
5) Mise en place d’un gouvernement d’union nationale ;
6) Mise en place d’une Commission électorale nationale indépendante (CENI) ;
7) Organisation d’une élection présidentielle ouverte à tous.

Ould Cheikh Abdellahi a fait savoir, à Kadhafi, qu’il accepte son plan sauf le point relatif à la candidature de Ould Abdel Aziz.

Ce point semble être récusé également par Ould Daddah qui ajoute deux autres bémols :

Le premier est relatif au gouvernement d’union nationale. Alors que le plan libyen le conçoit comme un gouvernement qui expédie les affaires courantes, la préférence de Ould Daddah va à un vrai cabinet de consensus, habilité à changer l’actuelle administration centrale mais surtout territoriale acquise, selon lui, à Ould Abdel Aziz et donc susceptible de favoriser son candidat présumé.

Voilà pourquoi Ould Daddah préconise (et c’est son second bémol) de reculer la prochaine présidentielle de trois à six mois, afin de donner, au gouvernement d’union, le temps de mettre en place une administration véritablement neutre.

Pour Ould Boulkheïr, tous les membres du HCE doivent, eux aussi, quitter l’armée et pas seulement Ould Abdel Aziz. Selon le Président de l’Assemblée nationale, si les actuels dirigeants de la junte gardent, chacun, son affectation actuelle, le risque de récidive ne sera pas totalement écarté.

Kadhafi arrive demain soir à Nouakchott. Il prévoit de prononcer un discours devant le Congrès du Parlement, en présence de tous les élus, y compris les députés et sénateurs du Front national pour la défense de la démocratie (FNDD), qui avaient boycotté les séances depuis le putsch du 6 août 2008.

Source:Taqadoumy

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE