navigation

Déclaration de l’OCVIDH 28 mars, 2009

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , ajouter un commentaire

Le bureau exécutif de l’OCVIDH a remarqué depuis hier, un certain nombre de messages, faisant état de la rencontre de son Président avec le chef de la junte alors qu’il n’a jamais été mandaté par son bureau ni par ses adhérents pour une telle démarche. Aucune décision au sein de notre oganisation n’a été prise pour une telle rencontre. Le bureau exécutif informe par la présente déclaration à l’ensemble des membres de notre organisation,et à nos compatriotes qu’il n’est ni de prêt ni de loin associé à cette initiative unilatérale du président de l’OCVIDH et la juge nulle et non avenue. Notre organisation est belle bien signataire du communiqué commun signé avec les ONG depuis Paris ce 26 Mars 2009 en réaction au discours injurieux du président à l’endroit de nos morts en conséquence, la position de l’OCVIDH est invariable et s’aligne avec celle des ONG des Droits Humains de l’intérieur comme à l’extérieur pour exiger d’abord, la vérité, la justice avant toute autre démarche ne réunissant ni la vraie réconciliation nationale, attendue ni une lutte implacable contre l’impunité. Le bureau exécutif informe nos adhérents à la vigilance, en les informant que ni les démentis, ni les conférences en grande pompe ne sauront nous détourner de l’essentiel de notre combat et se désengage de celle attitude solitaire. Les individus restent libres de leurs actes mais une association se gére de maniére collégiale et il revient au bureau et aux adhérents, une tel virage jugé anachronique. « A bon entendeur salut »

Pour le bureau exécutif de l’OCVIDH Le Sécrétaire Général Mr Diagana Mamadou Youssouf Organisation contre les Violations des Droits Humains en Mauritanie www.ocvidh.org/ ocvidh001@wanadoo.fr ocvidh001@yahoo.fr

(source: cridem.org)

Rencontres AVOMM et OCVIDH / Général Ould Abdel Aziz

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , 1 commentaire

Rencontres AVOMM et OCVIDH / Général Ould Abdel Aziz dans crise mauritanienne

 

« Nous croyons en lui, nous sommes confiants. Nous pensons qu’il est sincère. ».

Les représentants de l’AVOMM et de l’OCVIDH qui séjournent en Mauritanie depuis une semaine ont rencontré le Président du HCE à deux reprises. Une fois avant le discours de Kaédi et une seconde fois après. Les entretiens ont porté sur le processus de règlement du passif humanitaire entamé par les nouvelles autorités.
A l’issue de ces deux rencontres, les représentants des deux organisations ont tenu une conférence de presse à Nouakchott pour rendre compte de leurs différentes démarches.
Avant l’entame de la conférence de presse, Ousmane Sarr de l’AVOMM a demandé à l’assistance lecture de la Fatiha à la mémoire des victimes. Il a ensuite rendu hommage à tous ceux qui luttent pour le rétablissement des droits des victimes.

«Nous avons été invité par le Général Ould Abdel Aziz pour apporter notre contribution au règlement de ce douloureux problème » a précisé Ousmane Sarr. Il a qualifié les deux entretiens avec le général de « directs et sincères sans politique politicienne. »
« Nous avons dit sans ambages, ce que nous pensons du règlement de cette question au général. » a ajouté Soumaré Abdel Aziz de l’OCVIDH. Il a ajouté, « le passif a été une tragédie pour la Mauritanie, une épuration ethnique pour laquelle il n’y aura pas de solution partielle ou superficielle. Nous pensons que ce problème ne peut être résolu sans une commune volonté. » Pour Soumaré Abdel Aziz « Nul ne peut se prévaloir seul de la légitimité à traiter de cette question. Chaque citoyen peut en faire son combat. »
Nous avons dit au général, a ajouté Soumaré, que la procédure doit comporter « la mise en place d’une commission nationale indépendante pour faire la lumière sur les faits, qu’il faut associer les ONG qui ont l’expertise par rapport à la question du passif humanitaire pour qu’elles prennent part au règlement. » Réponse du général : « la question concerne tous les mauritaniens et elle doit absolument être réglée. »
Le général a dit « qu’il ne peut pas accepter l’exclusion et qu’il veut la participation de tous. » Le président de l’OCVIDH a noté : « Quiconque propose de trouver une solution au passif humanitaire, trouvera en nous une oreille attentive. On aura la paix des cœurs en cas de règlement global. »
Les représentants de l’AVOMM et de l’OCVIDH ont dit avoir discuté franchement avec le général et avoir trouvé chez lui une disposition à régler définitivement le passif humanitaire.
Ils ont également demandé au Général d’associer les organisations non encore parties au processus actuel. Réponse du Général « Nous ne laisserons personne en dehors de cette recherche de solution. » Les représentants des deux organisations ont ajouté : « Nous croyons en lui (le général), nous sommes confiants. Nous pensons qu’il est sincère. »
Selon les deux organisations, le général a pris l’engagement d’associer ceux qui ne sont pas encore impliqués et de donner des instructions dans ce sens.
Au sujet de la sortie du général à Kaédi, Ousmane Sarr a dit : « C’est un bon discours et la prière à Kaédi est un geste fort, un premier pas. Il y a eu un engagement sincère. Nous attendons plus d’actes concrets
Au sujet du plan de règlement du passif humanitaire, Ousmane Sarr a noté « le général ne nous a pas donné un plan précis. Il a affirmé commencer par les veuves et les orphelins pour soulager leur douleur car ils sont les plus fragiles. »
Au sujet des ONG qui pensent que le général, pour avoir pris le pouvoir par les armes « est inapte à traiter du passif humanitaire, » Soumaré a donné la réponse suivante : « Notre rencontre avec le président du HCE a porté sur les droits de l’Homme. Le jour du coup d’Etat, le 06 aout 2008, nous l’avons condamné. Nous ne sommes pas venus voir le général pour lui parler de sa légitimité. Notre préoccupation, c’est le passif humanitaire qui nous fait souffrir depuis 20 ans. Pour le reste, chaque ONG a le droit d’avoir sa position. »
Pour Ousmane Sarr, le règlement de la question du passif humanitaire facilitera la prise en charge d’autres problèmes comme la cohabitation, les langues nationales, l’esclavage car ce passif « est le fruit d’une politique qui avait décidé que la Mauritanie devait appartenir à une seules composante. »
La démarche des représentants de l’AVOMM et de l’OCVIDH ne fait visiblement pas l’unanimité chez leurs amis restés en France. Le secrétaire général de l’OCVIDH, dans un communiqué rendu public le 27 mars, a écrit que « Soumaré Abdel Aziz agit en son nom et qu’il n’a pas été mandaté par l’organisation


(source:Khalilou Diagana
via  Cridem.org)

Communiqué de presse du Pdt Sidi O. Cheikh Abdallahi

Posté par Aboubakry dans : crise mauritanienne , ajouter un commentaire

Communiqué de Presse

Communiqué de presse du Pdt Sidi O. Cheikh Abdallahi dans crise mauritanienne communique_77

 

Communiqué du porte-parole du Président déchu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, rendu public ce jour, 28 mars 2009.

République Islamique de Mauritanie,
Cabinet du Président de la République,
Le Conseiller Porte-parole du Président de la République.

Le Président de la République, Son Excellence Monsieur Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdellahi a reçu, vendredi 27 Mars 2009 dans sa résidence à Lemden, le Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur du Sénégal, Monsieur Cheikh Tidjane Gadio.
Celui-ci a transmis au Président de la République une invitation du Président Maître Abdoulaye Wade qui souhaite le recevoir « en ami pendant quelques jours à Dakar ».
Le Président de la République a demandé au Ministre Gadio de transmettre au Président Wade ses remerciements et sa haute considération pour cette invitation fraternelle qu’il a acceptée avec plaisir, et dont la date et les modalités seront arrêtées ultérieurement.   Contrairement à ce qui a été dit dans certaines dépêches de presse, en particulier de l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), en date du 27 Mars 2009, le Président de la République n’a pas reçu de message du Président Wade relatif à un projet de médiation qu’il voudrait entreprendre au sujet de la crise mauritanienne survenue au lendemain du coup d’Etat du 6 août 2008.

Aussi faut-il considérer qu’une telle médiation n’existe pas.

 

Nouakchott, le 28 Mars 2009

Ahmed Samba Ould Abdallahi Ould Samba

(source: cridem.org)

Le président du Haut Conseil d’Etat annonce le règlement définitif du « passif humanitaire » 26 mars, 2009

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

6

Le président du Haut Conseil d'Etat annonce le règlement définitif du

 

Le président du Haut Conseil d’Etat en Mauritanie, le général Mohamed Ould Abdelaziz, a annoncé, mercredi à Kaédi (430 km au sud de Nouakchott), que le dossier du passif humanitaire et des violations des droits de l’homme des années 90 a été « clos définitivement« .
source : cridem.org
« (…) grâce à notre amour pour la patrie et à nos valeurs culturelles nous avons décidé courageusement de panser nos blessures encore béantes et de tourner une page faite à la fois d’atrocité et de grandeur d’âmes’’, a dit le général Abdelaziz, qui a participé à Kaéli, sur le fleuve Sénégal, à une cérémonie avec les familles des victimes des violations des droits de l’Homme.

Le Haut Conseil d’Etat avait promis de clore ce dossier en lui trouvant une solution acceptable avec les familles (veuves et orphelins). « Une page où le pardon et la miséricorde l’ont emporté sur l’aveuglement et l’obstination. Aucune indemnisation, aucune compensation n’équivaudrait à une vie humaine. L’être humain est en effet irremplaçable dans son milieu’’, a-t-il souligné.

Il a ajouté que « si les ayants droit des victimes, à la mémoire desquels nous allons prier dans quelques instants, ont accepté la procédure proposée par la commission chargée de résoudre la question du passif humanitaire c’est parce qu’ils ont décidé de venir à bout de l’agression par le pardon et repousser le mal par ce qui est meilleur’’.

Une prière à la mémoire des disparus a été organisée après l’ouverture officielle des « journées de réconciliation et de règlement du passif humanitaire’’.

Accusés par l’ancien régime mauritanien de complot, plus de 400 militaires de la communauté noire africaine de Mauritanie avaient été tués durant les années 1990 et 1991.

MAP

 

Mauritaniens noirs tués entre 1989 et 1991 : La junte annonce des réparations

Posté par Aboubakry dans : actualités , ajouter un commentaire

 Nouakchott : Le chef de la junte au pouvoir en Mauritanie, le général Mohamed Ould Abdel Aziz, a lancé hier à Kaédi (sud) un processus de réparations pour les familles de centaines de Mauritaniens noirs exécutés entre 1989 et 1991, a annoncé la radio nationale. Le Front anti-putsch, opposé au coup d’Etat du 6 août, a aussitôt accusé le pouvoir d’utiliser ce dossier dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle anticipée du 6 juin. Selon des ONG, des « centaines de personnes » – des militaires et des civils – avaient été tuées entre 1989 et 1991, sous le régime du président Maaouiya Ould Taya (1984-2005), au cours d’affrontements interethniques et suite à une prétendue tentative de putsch. Dans la région de Kaédi, majoritairement peuplée de Négro-mauritaniens, le général Ould Abdel Aziz a participé à une cérémonie avec des familles des disparus et des représentants d’ONG. Il a dit avec eux la « prière du disparu » et salué le « courage qu’Allah a donné à ces familles de surmonter leur douleur et la force d’essuyer les larmes de l’amertume sans ressentiment », selon la radio nationale. Le chef de la junte a annoncé des « mesures concrètes pour indemniser les ayants droit », selon la même source. « Nous avons décidé courageusement de panser nos blessures encore béantes et de tourner une page faite à la foi d’atrocités et de grandeur d’âme », a-t-il ajouté. Le représentant du Collectif des victimes de la répression (Covire), Sy Abou, a évoqué pour sa part « une reconnaissance des faits par l’Etat et des réparations morales et matérielles ». De son côté, le Front National pour la Défense de la Démocratie (FNDD) a rejeté « toute solution concoctée en catimini par des ‘béni-oui-oui’ et imposée aux ayants droit » et a estimé qu’une solution à ce problème devait « obligatoirement passer par une large concertation.

AFP via cridem.org

123

Trouvez votre notice ... |
Subversif |
passionbulgarie |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...
| La vie secrète des cactées
| RENNES STREET STYLE